Le marché s'attend à ce que la Fed ne tarde pas à (devoir) intervenir

Les marchés

L'évolution des marchés est passée ces derniers jours à la vitesse supérieure.
Depuis le virage amorcé par la Fed au premier trimestre avec l'annonce d'une longue pause, le marché n'a pas mis longtemps à y voir la fin du cycle haussier des taux d'intérêt. Aux yeux du marché, la prochaine étape serait probablement un abaissement des taux. Jerome Powell et les siens ne s'étaient pas encore ralliés à ce scénario, préférant rester dans l'expectative et décider par la suite en fonction des statistiques. L'économie américaine ne se portait en effet pas si mal. L'attitude neutre de la Fed a retenu le marché d'anticiper trop rapidement sur un abaissement des taux.

Depuis début mai, cependant, les choses s'accélèrent. Le président Trump souhaite depuis longtemps que la Fed donne un coup de pouce à "son" économie à travers un abaissement des taux. Rien ne permet d'établir si le nouveau rebondissement du conflit commercial avait ou non pour but de forcer la main aux banquiers centraux. Mais le fait est que Donald Trump est arrivé à ses fins. Depuis qu'il a violé la trêve conclue dans le cadre du conflit commercial avec la Chine, le marché est de plus en plus convaincu que l'économie mondiale en subira inévitablement des dommages considérables et irréversibles. La Chine et l'Europe ont pour leur part déjà beaucoup souffert de la perturbation des chaînes d'approvisionnement. Et Donald Trump a beau proclamer que les taxes à l'importation, par le biais de divers canaux, sont une bénédiction pour l'économie américaine, le marché, lui, en est arrivé à une conclusion bien différente. L'annonce par Donald Trump de barrières douanières à l'encontre du Mexique dans le cadre du conflit en matière d'immigration a été la semaine dernière la goutte qui a fait déborder le vase. Si la plus grande économie au monde, et jusqu'il y a peu le plus grand défenseur du libre-échange, se met à utiliser les taxes et d'autres restrictions commerciales comme des armes politiques, c'est que la réalité économique a bien changé. Les retombées économiques de cet ordre ne s'estompent pas du jour au lendemain. La confiance en nombre d'évidences se perd, et beaucoup d'entreprises se mettent à reconsidérer leur modèle d'activité et leurs décisions d'investissement. À terme, la croissance américaine s'en ressentira immanquablement. La question n'est donc plus de savoir SI la Fed va (devoir) voler à la rescousse de l'économie, mais QUAND et dans quelle mesure. Pour l'instant, le marché table déjà sur deux à trois abaissements des taux d'ici la fin de l'année. D'autres pourraient suivre l'année prochaine.
La tendance baissière qui s'est emparée des taux américains entraîne dans son sillage les taux d'intérêt du monde entier. Le taux allemand à 10 ans est dans l'intervalle retombé lui aussi à son plancher historique de -0,20%. Les marchés y voient la fin non seulement du cycle des taux, mais aussi du cycle économique.

Les marchés des changes restent relativement paisibles en comparaison du repositionnement abrupt des bourses et du marché des taux. Jusqu'il y a peu, le dollar conservait le bénéfice du doute grâce à la vigueur plus marquée de la croissance américaine, au soutien des taux d'intérêt et au statut de valeur refuge de la devise. Mais le voilà à présent soudain privé du soutien des taux d'intérêt. Et l'on peut aussi se demander dans quelle mesure la politique de "chantage" de Donald Trump justifie encore à terme le statut de valeur refuge. Malgré tout, les dégâts restent jusqu'ici limités pour le dollar. Le différentiel EUR/USD a cessé de diminuer, mais sans plus. Actuellement, il évolue toujours dans les limites de la fourchette de 1,1100/1,1265. Le malaise du dollar n'est pas plus grand que celui de l'euro. La perte du soutien des taux d'intérêt ne suffira pas à faire s'effondrer le billet vert. Cette situation pourrait cependant changer si Donald Trump se met à utiliser "sa devise" comme arme dans le cadre du conflit commercial. L'ère Trump fait vaciller pour ainsi dire toutes les certitudes. La "force du dollar" n'y fait pas exception, surtout si le président américain y voit un intérêt.
 

Figure - Taux américain à 2 ans: la Fed ne va pas tarder à (devoir) intervenir

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Une Espagne encore plus fragmentée

MR20191112 Une Espagne encore plus fragmentée

Une Banque d'Angleterre prudente

MR20191108 Une Banque d'Angleterre prudente

La panique de cet été est oubliée sur les marchés

MR20191107 La panique de cet été est oubliée sur les marchés

RBA: easing come, easing go

MR20190611AUDRBA
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.