Un calme interpellant...

Les marchés

Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell a pris la parole lors d'une conférence de la Fed d'Atlanta cette nuit. Ce dernier s'est surtout concentré sur le risque d'endettement des entreprises, en particulier les dettes au risque plus élevé. Le marché était également curieux de savoir quelle était la position du président de la Fed par rapport au conflit commercial.

Sur la question de l'endettement des entreprises, Powell a tenu un discours nuancé. Pouvait-on s'attendre à autre chose de la part d'un homme dans sa position? La Fed avait déjà auparavant mis en garde contre la multiplication des dettes d'entreprise de moindre qualité. Leur nombre a d'ailleurs particulièrement augmenté l'année passée. Tout en reconnaissant certains parallèles avec la période qui avait précédé la crise de 2008 (notamment la restructuration de ces dettes dans d'autres produits), Powell a tout de même indiqué que les régulateurs avaient tiré les leçons du passé. Les stress tests ont ainsi rendu les banques plus résistantes aux chocs économiques. Powell n'observe pas non plus d'excès financiers comme ceux que nous avons connus lors de la crise immobilière et hypothécaire de 2008.

Le marché était cependant surtout intéressé par la position de Powell vis-à-vis du conflit commercial et de ses conséquences sur la politique de la banque centrale. Le marché estime pour le moment que la dernière hausse de taux de ce cycle de resserrement est derrière nous et que Powell n'aura d'autre choix que d'abaisser les taux, peut-être déjà au second semestre de cette année. Le président Trump aimerait aussi que la Fed donne un petit coup de pouce à l'économie à l'approche des élections de 2020. Mais Powell ne se laisse pas intimider. Réaliste, il admet que même la Fed a difficile à évaluer les conséquences du conflit commercial. Pour le moment, les chiffres ne sont pas de nature à faire sortir la banque de sa position attentiste.

Dans un sens, la position de la Fed se retrouve aussi sur les marchés. Ces derniers ne savent pas non plus vraiment sur quel pied danser par rapport aux retournements de situation imprévus qui ont lieu dans le cadre de la guerre commerciale et qui font penser à une procession (inversée) d'Echternach (deux pas en avant et trois en arrière). Comme l'illustrent d'ailleurs parfaitement les derniers rebondissements en date. Il y a deux semaines, un accord commercial entre la Chine et les États-Unis semblait encore à portée de main. Mais la semaine passée, les investisseurs ont de nouveau été pris de court par l'annonce de nouveaux droits de douane et les mesures de rétorsion qui en ont découlé. Un constat plus ou moins identique peut également être fait vis-à-vis des mesures prises par le gouvernement américain à l'encontre de Huawei. La semaine passée, de strictes restrictions ont ainsi été imposées aux entreprises américaines, mais ces restrictions ont de nouveau été (légèrement) adoucies cette nuit. Les bourses ont certes réagi, mais de façon (étonnamment) très ordonnée. Les marchés des taux et des changes n'ont en revanche quasiment pas bougé. Les investisseurs en ont visiblement assez d'ajuster leurs positions à chaque soubresaut pour devoir finalement revenir en arrière le jour suivant. Comme pour la Fed, il est quasiment impossible pour les investisseurs d'évaluer les répercussions (économiques) du conflit commercial et de savoir qui sera le plus touché. La Chine? L'Europe? Ou les États-Unis vont-ils finalement devoir payer la monnaie de leur pièce? En principe, une faible volatilité doit être considérée comme un signe favorable, témoin d'une situation calme. Dans le contexte actuel, ce manque de réaction nous laisse cependant un sentiment étrange. La fonction de réaction des marchés par rapport au conflit commercial commence à ressembler à ce que nous avons observé/ce que nous observons avec les marchés britanniques/la livre vis-à-vis du Brexit. Reste à savoir si cette faiblesse de la volatilité est tenable. Il est très probable que nous nous approchions ou que nous ayons déjà passé le point où les dommages sur la croissance restent limités/gérables (y compris pour les États-Unis). Nous pouvons dès lors comprendre pourquoi le marché continue d'anticiper des "mesures conservatoires" de la Fed (et de certaines autres banques centrales) visant à soutenir l'économie dans un avenir pas si lointain.
 

Figuur - L'indice de volatilité VIX reste faible malgré la guerre commerciale. Un faux sentiment de calme?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La livre s'accroche à un dernier espoir

MR20190823_Brexit

Les marchés des taux sonnent l'alarme

MR20190822 Rentemarkten slaan alarm

L'innovation industrielle allemande, clé de la relance

MR20190821_Duitse industriële innovatie

Politique budgétaire: flexible, mais aussi rapide?

MR20190820_Begrotingsbeleid: flexibel maar ook snel?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.