Shorten déchoit: l’Australie mise sur Morrison

Les marchés

Contre toute attente, la coalition libéral-national du Premier ministre Scott Morrison a remporté les élections australiennes. Le Parti travailliste du leader d’opposition Bill Shorten n’a finalement pas concrétisé son avance confortable dans les sondages d’opinion. Après s’être lancé dans une course de rattrapage féroce, le Premier ministre conservateur Morrison est parvenu à décrocher un troisième mandat pour sa coalition. Face aux incertitudes économiques actuelles, la population australienne a ainsi préféré faire une croix sur l’agenda progressiste du Parti travailliste.

Le Parti travailliste s’était présenté aux élections avec l’agenda le plus progressiste depuis des décennies. Le programme comportait notamment des réductions d’impôts pour les personnes à faibles revenus, une augmentation du salaire minimum, des restrictions sévères des émissions et le démantèlement d’avantages pour les propriétaires terriens et les investisseurs en actions. La coalition libéral-national a fortement critiqué cet agenda et mis en garde contre l’expansionnisme dans le contexte actuel d’incertitude économique. Elle y a opposé une politique axée sur des réductions d’impôts ciblées visant à soutenir l’économie. Outre les dépenses des consommateurs, le Parti veut encourager l’achat d’une première habitation. En net contraste avec le programme très soucieux de l’environnement du Parti travailliste, Morrison mène une politique climatique moins ambitieuse: il entend soutenir les mines de charbon et même consacrer des fonds fiscaux à la construction d’une nouvelle centrale, ce qui lui a attiré des votes précieux dans les états producteurs de charbon.

Selon les médias australiens, la coalition est en voie de remporter 77 des 151 sièges de la Chambre basse. Le Parti travailliste n’en obtient que 68. Au Sénat également, la coalition semble bien partie pour renforcer sa position. Cela facilitera la mise en œuvre de son agenda législatif, ce qui sera nécessaire: l’économie australienne progresse de manière ininterrompue depuis déjà 28 ans, mais les dangers se multiplient. La croissance économique est demeurée faible au second semestre de 2018, le marché immobilier s’essouffle fortement et tant le revenu disponible des ménages que la relation avec la Chine – le principal partenaire commercial de l’Australie – sont en berne. Pour le premier trimestre de 2019, les analystes s’attendent au taux de croissance le plus faible depuis la crise financière de 2008.

Les marchés n’ont pas déploré ce surprenant résultat électoral. La victoire de la coalition libéral-national améliore de fait la stabilité économique par rapport au programme du Parti travailliste, moins favorable au marché et aux entreprises. Les cours des actions australiennes ont augmenté, à l’instar du dollar australien: sur la défensive depuis mi-avril après le recul de l’inflation au premier trimestre de cette année, la devise profite à présent du résultat et le cours AUD/USD s’est rétabli au-dessus de 0,69. La réaction de la banque centrale australienne demeure toutefois floue. Des spéculations persistantes relatives à un éventuel abaissement du taux contrecarrent d’ores et déjà tout regain supplémentaire du dollar australien.

Dieter Lapeire, salle des marchés KBC

AUD/USD: Le dollar australien se redresse à la suite du surprenant résultat électoral

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.