Monnaie faible: uniquement des avantages?

Les marchés

Au lendemain de la crise financière, les banques centrales ont tout mis en œuvre pour préserver l'économie d'une spirale déflationniste. Une politique monétaire extrêmement souple, avec d'énormes injections de liquidités, était censée permettre de maintenir la croissance et l'inflation à niveau. La combinaison entre croissance réelle et pincée d'inflation était considérée comme la recette pour que le niveau d'endettement de l'économie demeure gérable. Officiellement, la monnaie ne jouait qu'un rôle secondaire. Pratiquement toutes les banques centrales ont ainsi nié vouloir affaiblir leur monnaie de façon artificielle. Le fait d'avoir une monnaie pas trop forte aide néanmoins à alimenter l'inflation. À mesure que de nombreuses banques centrales ont commencé à mener des politiques similaires, nous avons assisté de facto à une sorte de surenchère, à celui qui affaiblirait le plus sa monnaie. Cela n'a (jusqu'à présent) pas débouché sur une véritable guerre des changes, mais chacun est resté très attentif à l'évolution de sa monnaie.
Dans la pratique, les monnaies moins importantes et moins liquides se sont retrouvées plus rapidement sous pression lors des regains de tension (internationale). Cela vaut aussi pour les monnaies de pays n'ayant pas, ou relativement peu, été touchés par la crise. Nous pensons ici à l'Australie, aux pays d'Europe centrale ou à la Norvège et la Suède. Ces pays ont adopté la même politique accommodante que celle des grands blocs monétaires, alors que leur économie n'avait pas besoin d'autant de soutien. Dans ce contexte de politique monétaire souple et de diminution de la liquidité, des monnaies comme la couronne suédoise ont, pendant la période d'après-crise, perdu beaucoup de terrain vis-à-vis d'un euro "en difficulté" et ce, malgré de solides fondamentaux économiques.

Au départ, ces pays se sont plutôt réjouis de l'avantage concurrentiel généré par cette faiblesse de leur monnaie. Ces derniers temps, certains signes montrent cependant que la coupe est peut-être pleine, du moins pour certains pays. Ainsi, les membres de la Riksbank suédoise se sont dits étonnés, voire un peu inquiets, du nouveau plongeon de la couronne. Une baisse survenue suite à l'annonce par la banque centrale d'un probable report du prochain resserrement de taux à la fin de cette année ou au début de la prochaine. Il y a quelque temps, la banque centrale tchèque s'est également étonnée de la faiblesse persistante de sa couronne. Entre-temps, l'inflation a clairement dépassé l'objectif de 2% dans le pays et un léger renforcement de la monnaie serait, à ce titre, certainement le bienvenu. Malgré toute une série de relèvements de taux, la couronne n'a néanmoins gagné que peu de terrain.
Pendant la crise, une monnaie faible était, par définition, quasiment considérée comme une bénédiction. Mais cela implique aussi une certaine forme d'"appauvrissement" (perte de pouvoir d'achat relative). Pour des pays comme la Norvège ou la Suède, on peut dès lors se demander si cette perte de pouvoir d'achat/richesse est compensée par les avantages d'une monnaie faible. Et d'autres effets sont aussi observés. Dans des pays comme l'Australie et, dans une moindre mesure, la Suède, la politique monétaire extrêmement accommodante a entraîné une forte augmentation de l'endettement des ménages. Cela risque maintenant de poser des problèmes. Si la banque centrale décide aujourd'hui de relever ses taux afin de limiter le recul de sa monnaie ou de freiner l'inflation, ce niveau d'endettement risque de peser sur la consommation et donc aussi la croissance. Les marchés ont donc tendance à penser que ces banques centrales "n'auront d'autres choix" que de maintenir une politique souple, ce qui aura de nouveau un impact sur la monnaie. Des devises comme le dollar kiwi, le dollar aussie et la couronne suédoise se sont, dans ce contexte, de nouveau retrouvées sous pression il y a peu. Le spectre d'une spirale baissière est bel et bien là. Des pays comme la Nouvelle-Zélande ou l'Australie n'en sont probablement pas encore arrivés au point d'envisager plus sérieusement une stabilisation de leur monnaie. En revanche, d'autres (la Suède, la Norvège?, la Tchéquie) commencent doucement à se rendre compte qu'il y a un prix payer lorsque l'on veut garder sa monnaie faible.

Peter Wuyts, salle des marchés KBC

EUR/SEK: la Riksbank s'inquiète... de la faiblesse de la couronne!

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Économie européenne à la recherche d'amortisseurs

MR20190626 Schokdempers gezocht voor Europese economie

Les banquiers centraux tracent leur propre chemin en Europe centrale

MR20190625_Centrale bankiers in CE varen eigen koers

Un dollar faible à l’approche du G20?

MR20192406MR2406G20

Solo norvégien

MR20190621_Solo norvégien
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.