L'Europe centrale reste en tête

Les marchés

Les marchés sont
toujours dominés par l'évolution du commerce international. La rumeur selon
laquelle Donald Trump aurait décidé de reporter de six mois sa décision sur
l'instauration d'éventuels nouveaux droits de douane sur les importations de
voitures et de pièces automobiles a ainsi permis aux marchés de pousser un
(petit) "ouf" de soulagement. Mais les actions prises à l'encontre du
géant chinois des télécommunications Huawei ont de nouveau laissé apparaître le
côté plus belliqueux du président américain. Une confirmation des rumeurs qui ont
circulé hier pourrait cependant faire passer le thème du commerce au second
plan. Les marchés seront
alors à la recherche d'un nouveau thème et devraient alors très rapidement de
nouveau se focaliser sur la croissance. Aux États-Unis, aucun nouveau chiffre
n'est cependant attendu avant début juin. Dans la zone euro, la semaine qui
vient sera surtout marquée par le publication des indicateurs PMI.

Hier, le taux de
croissance du PIB de la zone euro pour le premier trimestre a été confirmé à
0,4% en glissement trimestriel. Le chiffre allemand (0,4% en glissement
trimestriel) a une nouvelle fois retenu l'attention des médias, contrairement à
ceux, pourtant solides, des pays d'Europe centrale. La Hongrie s'est ainsi distinguée,
avec un taux de croissance de 1,5% sur une base trimestrielle. Bien que les détails ne soient pas encore
disponibles, on peut supposer, dans le contexte actuel de ralentissement de la
croissance mondiale, que l'économie hongroise a surtout été portée par la
consommation intérieure. Comme le confirment d'ailleurs les chiffres des ventes
au détail et du secteur de la construction. Les salaires réels hongrois sont
toujours en forte hausse et le taux de chômage s'élève à à peine 3,6%. Les
évolutions favorables à l'intérieur du pays ont poussé la banque centrale
hongroise (NBH) à normaliser prudemment sa politique monétaire en fin mars.
Mais depuis, plus rien. Malgré la nouvelle accélération de l'inflation (3,9% en
glissement annuel en avril) et les bons chiffres de croissance, nous pensons
que la banque centrale préférera également temporiser la semaine prochaine. Et un deuxième relèvement du
taux de dépôt de 10 pb (à 0,05%) pourrait suivre en juin. La réticence de la NBH à poursuivre sa
normalisation entamée en mars a de nouveau poussé le forint sur la défensive.
Et la correction boursière en ce début de mois a encore compliqué les choses
pour la monnaie hongroise, sensible à l'accroissement des risques. Au cours de
ces deux dernières semaines, la paire EUR/HUF est ainsi passée de 312 à 326. La banque centrale n'a
cependant pas renoncé à relever ses taux, ce qui devrait empêcher une chute du
forint.

Hier, la Pologne a également publié un beau chiffre de croissance, de 1,4%
en glissement trimestriel, avec, à la base, les mêmes ingrédients que pour la Hongrie. L'inflation
dans le pays est proche de l'objectif de 2,5% fixé par la banque centrale.
Pourtant, la NBP a de nouveau clairement montré hier après-midi qu'elle n'était
pas pressée de normaliser sa politique. À 1,5%, le taux directeur n'a
d'ailleurs plus bougé depuis la fin du mois de mars 2015. Si cela dépendait du gouverneur
de la banque, Adam Glapinski, aucun relèvement de taux ne serait effectué
durant son mandat (qui prend fin en 2022). Tout le monde sait que le gouvernement controversé
de Pologne tire les ficelles de la banque centrale "indépendante"
pour que celle-ci serve son objectif de "croissance avant tout". Cela fait près d'un an que
le cours EUR/PLN est coincé dans une étroite fourchette comprise entre 4,25 et
4,35 et la situation ne devrait pas changer de si tôt.

Enfin, l'économie tchèque affiche un beau taux de croissance de 0,5% en
glissement trimestriel.
Le ralentissement économique en Allemagne, principal partenaire commercial de
la Tchéquie, a ici davantage pesé dans la balance. Plus tôt dans la semaine,
l'inflation tchèque s'est, contre toute attente, repliée de 3% à 2,8% en
glissement annuel. Si ces évolutions se confirment, le resserrement de taux réalisé au
début du mois (à 2%) pourrait très bien avoir été le dernier de ce cycle. Le
cours EUR/CZK a du mal à s'extirper de la zone supérieure des 25.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/HUF: le forint est-il prêt pour un nouveau mouvement de reprise?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Exercice de réflexion

MR20190719Denkoefening

À suivre: l'obligation rhinocéros

MR20190718 Neushoorn

Quel sera le prix réel de la libra?

MR20190717 Libra

Un sentiment de résignation

MR20190716 Un sentiment de résignation
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.