L'ambiance reste orageuse

Les marchés

Les États-Unis ont mis leur menace à exécution vendredi. Une signature a suffi à porter de 10% à 25% les taxes à l'importation existantes sur les biens chinois. Les dernières négociations en date avec le principal délégué chinois, le vice-premier ministre Liu Hu, se sont soldées par un échec. Le président Trump en tient la Chine pour responsable, l'accusant de "manœuvres dilatoires". Pour notre part, nous nous demandons si ce n'est pas plutôt l'inverse. Faut-il en effet rappeler la fameuse échéance de novembre 2020?

De plus, le gouvernement américain publiera selon toute vraisemblance aujourd'hui une liste de biens chinois (d'une valeur de 300 milliards de dollars) qui ne font pas encore l'objet de barrières douanières. Si aucun accord n'est conclu d'ici là, du changement interviendra à cet égard dans un mois. La Chine a déjà proposé de poursuivre les négociations à Pékin, mais les États-Unis se refusent jusqu'ici à saisir cette perche. Le conseiller économique Lawrence Kudlow prône une entrevue entre Donald Trump et le président chinois Xi Jinping en marge du sommet du G-20 qui se tiendra au Japon à la fin juin. Une suspension des négociations jusque là impliquera de facto l'introduction de nouvelles taxes à l'importation. Tout le monde guette à présent la réaction de la Chine. Dans le passé, le pays a par exemple menacé de mettre un frein, voire carrément un terme, à l'accumulation de réserves en devises étrangères revêtant la forme d'obligations d'État américaines. D'où la question: qui financera les déficits américains de plus en plus importants — car les incitants fiscaux ont un coût — si le principal acheteur d'emprunts d'État américains resserre les cordons de la bourse?

Outre la réaction de la Chine, l'offensive lancée par Donald Trump induit un autre grand risque. À l'issue d'une enquête auprès des entrepreneurs, le gouverneur régional de la Fed d'Atlanta, Raphael Bostic, a indiqué que les taxes à l'importation introduites précédemment n'ont jusqu'ici pas encore été répercutées sur le consommateur final. Cette situation pourrait à présent changer, avec toutes les conséquences que l'on peut imaginer. Or, la combinaison d'une croissance en déclin et d'une inflation en hausse est le cocktail que la banque centrale américaine redoute le plus. Cette semaine, de nombreux gouverneurs de la Fed prononceront des discours. D'autres allusions en ce sens ne passeront assurément pas inaperçues.

Depuis la semaine dernière, les relations commerciales de plus en plus tendues tiennent le marché sous leur emprise. Jusqu'au week-end dernier, tout le monde partait du principe qu'un accord était imminent. Les bourses américaines ont reculé d'un cran par rapport à leurs cours record. L'Europe et l'Asie ont suivi le mouvement bon gré mal gré. Depuis la fin du premier trimestre, les taux d'intérêt américains et allemands sont à nouveau en proie à une tendance baissière. En l'absence de statistiques ou événements vraiment cruciaux, cette ambiance orageuse pourrait persister cette semaine. Une aggravation du conflit commercial est bien la dernière chose dont l'économie mondiale ait besoin pour l'instant vu sa fragilité. Le marché des changes reste jusqu'ici relativement paisible. Le dollar n'est pas encore parvenu à profiter de l'aversion au risque. Le différentiel EUR/USD s'est même prudemment hissé au-delà de la barre de 1,12. Nous pensons cependant qu'il sera difficile pour l'euro d'engranger davantage de gains à court terme dans le contexte actuel.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EuroStoxx 50: revirement de la propension au risque sous l'effet de la montée des tensions commerciales

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Taux américains en chute libre

MR20190524 - Amerikaanse rentes in vrije val

Chronique d'un départ annoncé

MR20190523 De kroniek van het aangekondigde afscheid

L'Italie toujours sous haute surveillance

MR20192205ItalieJill

Un calme interpellant...

MR20190521Calme
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.