Le marché: drama queen ou sceptique de la Fed à juste titre?

Les marchés

Le vocabulaire calculé des banques centrales — et tout particulièrement de la Fed — constitue une source d'information cruciale pour les investisseurs. Le marché consacre généralement beaucoup d'attention aux discours des grosses pointures de la Fed comme le président Jerome Powell et le vice-président Richard Clarida. A fortiori durant une phase de fin de cycle comme celle que traverse actuellement l'économie américaine. Le moindre écart par rapport à la ligne officielle de la banque centrale prend alors d'énormes proportions. La réaction du marché est à l'avenant, mais se justifie-t-elle pour autant?

Comme à son habitude, Jerome Powell n'a pas lésiné sur les superlatifs la semaine dernière. Le président de la Fed s'est dit "heureux" de la vigoureuse prestation tant de l'économie américaine que du marché du travail. Il est aussi resté généralement optimiste au sujet des perspectives. Une once de prudence était toutefois perceptible dans son discours, et ce pour la première fois depuis sa nomination. Il a attiré l'attention du public sur quelques risques, dont l'effet à retardement des précédents relèvements des taux d'intérêt sur l'économie et l'éventualité d'un ralentissement de la croissance externe. L'impact des incitants fiscaux de Donald Trump s'estompe aussi peu à peu, et les énormes déficits qu'ils ont creusés risquent même de laisser un goût amer. Le vice-président Richard Clarida s'est rallié à l'avis de Jerome Powell dès le lendemain. Il a déclaré entrevoir des preuves d'un ralentissement mondial de la croissance et s'est dit d'avis que la Fed ferait mieux d'en tenir compte. Plusieurs autres gouverneurs de la Fed (Kaplan, Kashkari, Bostic, Evans) ont eux aussi exprimé leurs inquiétudes.

Le dollar et les taux d'intérêt américains ont eu une réaction plutôt modérée après l'intervention de Jerome Powell, mais n'ont pas pu laisser passer l'avalanche de mises en garde qui s'en est suivie. Le différentiel EUR/USD a bondi à 1,14 vendredi. Ce vigoureux rebond a de quoi surprendre dans un contexte où l'impasse totale sur le Brexit limite à tout le moins le potentiel haussier de l'euro, mais on l'attribuera naturellement à la faiblesse du dollar et à la perspective d'un soutien potentiellement moins marqué de la part des taux d'intérêt. Il est toujours pour ainsi dire certain que la Fed relèvera les taux en décembre. Toutefois, une partie au moins du marché redoute que le parcours envisagé par la Fed pour 2019 (trois relèvements des taux d'intérêt) aille désormais trop loin. Le marché des taux d'intérêt a réagi comme on pouvait s'y attendre, par une chute d'environ 5 points de base du taux américain à 2 ans. Le taux à 10 ans s'est quant à lui effrité de 4 points de base et a testé une zone de résistance technique cruciale aux alentours de 3,05-3,07%.

La punition infligée au dollar et la chute des taux d'intérêt ne sont à notre avis pas justifiées. Le ton plus modéré adopté par les figures de proue de la Fed correspond tout simplement à la réalité économique. Une réalité qui n'est pas nouvelle et qui n'a pas non plus fondamentalement changé depuis la communication un peu plus nuancée, bien au contraire. Nombre d'indicateurs précurseurs de l'économie affichent toujours des niveaux historiquement élevés. Pour une banque centrale américaine qui s'inspire de plus en plus ouvertement des données et des statistiques, il s'agit là d'un aspect important. Quoi qu'il en soit, nous ne sous-estimons pas le signal lancé par la Fed. Il se pourrait que lors de la réunion de politique de décembre, l'attention de la Fed se détourne rapidement du relèvement des taux d'intérêt pour se recentrer sur les nouvelles (et dernières?) prévisions des taux des gouverneurs ("dot plot"). Un ralentissement de la normalisation est certes devenu plus probable, mais ne constitue pas pour autant notre scénario. Après un week-end de repos, le marché voit d'ailleurs lui aussi à nouveau les choses un peu différemment: les taux américains affichent en ce moment une remontée de l'ordre de 3 points de base.
 

Figure - Le taux américain à 10 ans remonte après avoir testé la zone de résistance technique aux alentours de 3.05%

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

La fin d'une ère, avec une mise en garde

MR20181214 Marktrapport Einde van een tijdperk, met een zwart randje

Les gilets jaunes font plier Macron

MR20181212 Marktrapport ‘Gilets jaunes’ dwingen Macron op de knieën

Mieux vaudrait ne pas réagir

MR20181211 Marktrapport De beste ECB-marktreactie is geen marktreactie

Jour J pour le brexit: ni victoire, ni effondrement.

MR20181017 Marktrapport Brexit D-Day: zeker geen V-Day, maar ook geen Mayday