La CNB joue la carte de l'orthodoxie et relève son taux directeur à 2%

Les marchés

Il existe encore des exceptions! Après une pause de six mois, la banque centrale tchèque (CNB) a franchi un cap supplémentaire dans son cycle de resserrement en relevant son taux directeur de 1,75% à 2%. En agissant de la sorte, la CNB va à l'encontre de la tendance générale, avec des banquiers centraux qui préfèrent jouer la sécurité. Bien que... Les mots du président de la Fed américaine, Jerome Powell, ont aussi été entendus à Prague et ont poussé le président de la banque centrale tchèque, Jiří Rusnok, à ajouter que le prochain mouvement de taux pourrait aller dans les deux sens.

Depuis le début de son cycle de resserrement, la CNB ne cesse d'évoquer une monnaie plus faible que prévu. C'est cet argument qui est à la base de la série inédite de relèvements de taux réalisée l'année passée et c'est également lui qui justifie en grande partie la décision prise par la CNB hier. Dans la course monétaire à la monnaie la plus faible possible, la banque centrale tchèque a donc adopté une position extrêmement orthodoxe. Si le contexte monétaire ne se resserre pas comme prévu avec une appréciation de la monnaie, la CNB est prête à forcer les choses en procédant à des hausses de taux. Rusnok & Co prévoient un cours EUR/CZK moyen de 25,30 cette année. Ils tablaient encore sur 25 en février et même sur 24,70 en novembre. Pour l'année prochaine, la banque s'attend à voir la paire EUR/CZK tourner autour de 24,70 (24,80 en février). Nous pensons, pour notre part, que l'appréciation de la couronne tchèque pourrait un peu s'accélérer et misons sur un cours de EUR/CZK 25,20 pour la fin de l'année.

La CNB pointe également l'inflation pour justifier sa décision. En mars, l'inflation générale s'est hissée à 3% en glissement annuel, soit largement au-dessus de l'objectif de 2%. La banque a donc décidé de réagir face aux fortes hausses des salaires et à la vigueur de l'inflation de base (qui ne tient pas compte des prix volatils de l'alimentation et de l'énergie) en procédant à une nouvelle hausse de taux. La CNB a par ailleurs légèrement rehaussé sa prévision d'inflation pour le milieu de l'année prochaine de 1,9% à 2%. Rusnok s'attend à ce que la pression inflationniste diminue malgré la pénurie sur le marché du travail, mais n'exclut néanmoins pas un second resserrement cette année. Cela se reflète également dans les prévisions officielles pour les taux à court terme. Celles-ci laissent en effet entrevoir une (dernière?) hausse de taux vers la fin de l'année.

Enfin, la CNB a aussi évoqué une diminution des risques externes, une déclaration pour le moins surprenante compte tenu de la faiblesse des indicateurs économiques mondiaux. Le gouverneur a précisé que la banque faisait allusion au Brexit et au fait que le scénario catastrophe avait été évité.

La CNB a désormais pris une position plus attentiste. La dépréciation de la monnaie et l'accélération de l'inflation ne sont pas les seuls facteurs à prendre en compte, il y a aussi la situation économique. Et celle-ci est de moins en moins réjouissante. Les PMI tchèques ont ainsi fortement chuté, dans la foulée de ceux de l'Allemagne, le principal partenaire commercial du pays. Le PMI pour l'industrie manufacturière exportatrice est tombé à 46,6 en avril, son niveau le plus bas depuis des années et en dessous de la barre des 50 qui marque la frontière entre contraction et expansion dans le secteur. La CNB a de nouveau revu ses prévisions de croissance à la baisse, après l'avoir déjà fait en février. La banque centrale table désormais sur une croissance du PIB tchèque de 2,5% cette année (contre 2,9% auparavant) et 2,8% l'année prochaine (3,0%). Et comme le président de la Fed, Rusnok a expliqué que la prochaine intervention de la banque sur les taux pourrait très bien être une baisse en cas de détérioration de la situation économique.
 

Figure - EUR/CZK: nous pensons que la couronne tchèque va reprendre des couleurs et tablons sur un cours à 25,20 à la fin de l'année.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.