L'or noir franchit des niveaux techniques sous la pression des États-Unis

Les marchés

Il y a deux semaines, nous avions évoqué la stagnation des prix pétroliers. Le baril de Brent évoluait alors autour de 72 dollars depuis plusieurs jours. Une pause qui pouvait se justifier tant d'un point de vue technique (résistance autour du "retracement" de 62%) que d'un point de vue fondamental. L'or noir s'échangeait à des niveaux neutres en termes de croissance, entre les 85 dollars du début du mois d'octobre de l'année passée et le plancher de près de 50 dollars de fin décembre. Les premiers résultats d'entreprises et les chiffres économiques publiés depuis n'ont pas permis au cours d'afficher une véritable tendance. Pour cela, il aura fallu attendre que les Américains s'en mêlent.

L'année passée, les États-Unis avaient lancé un boycott partiel du pétrole iranien, après être sortis de l'accord sur le nucléaire. Le pays avait décidé de sanctionner tous les pays qui importaient du pétrole iranien, tout en prévoyant des exemptions pour huit grands importateurs (parmi lesquels la Chine, l'Inde et la Corée du Sud). Ce "geste" s'expliquait par la crainte de voir les cours flamber en cas de fermeture totale des robinets iraniens. Ces exemptions, valables pour une durée de six mois, expireront le 2 mai. Et hier, le ministre des Affaires étrangères américain, Mike Pompeo, a annoncé qu'elles ne seraient pas prolongées. Le boycott du pétrole iranien est donc maintenant total. Les États-Unis mettent ainsi la pression sur l'Iran en frappant là où ça fait mal. En privant le pays de ses rentrées financières, les États-Unis veulent empêcher l'Iran de développer son prétendu programme nucléaire. La réponse iranienne n'aura pas tardé. Le pays a en effet menacé de bloquer le détroit d'Ormuz, situé au sud de l'Iran et au nord des Émirats arabes unis, par lequel transite un grande partie du brut mondial et qui est également utilisé par l'Arabie saoudite. Les conséquences pourraient donc être lourdes. Les États-Unis comptent néanmoins toujours sur leur allié arabe pour combler le vide laissé par l'Iran.

Les principaux producteurs de pétrole (OPEP+) se rencontrent chaque mois. L'année passée, ces derniers s'étaient entendus sur une réduction de production qui devait permettre de soutenir le cours du brut après la forte chute du baril enregistrée au dernier trimestre de 2018. Cette réduction restera en principe d'application jusqu'en juin 2019. À ce moment-là, les pays de l'organisation et leurs alliés qui forment le groupe de l'OPEP+ auront le choix entre maintenir les restrictions et rouvrir complètement les vannes. En théorie, en combinant l'ensemble des capacités de production non utilisées, le vide laissé par l'Iran devrait être largement comblé. Les États-Unis, qui sont entre-temps devenus le premier producteur mondial, pourraient en principe aussi augmenter leur production.

Mais le marché ne semble pas vraiment convaincu. Le cours du Brent a ainsi bondi de 3% après l'annonce de la décision américaine et la hausse se poursuit aujourd'hui (74,50 dollars). Le niveau de résistance de 72 dollars est donc provisoirement rompu, mais nous mettons en garde contre toute conclusion hâtive. À court terme, l'or noir profitera peut-être (de la crainte) d'un choc de l'offre. De même, un sentiment plus positif (la saison des résultats tournera à plein régime cette semaine) pourrait aussi pousser le cours vers le prochain niveau de résistance important de 76 dollars le baril. Mais, à plus long terme, nous continuons de tabler sur un recul des prix pétroliers, en raison de la hausse attendue de l'offre (États-Unis, OPEP+) sur fond de ralentissement de l'économie mondiale.
 

Figure - Cours du Brent: le boycott total du pétrole iranien pousse le prix du baril au-dessus du niveau de résistance de 72 dollars.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR

Le consommateur américain tient bon

MR20190916_Amerikaanse consument

Fin d'une ère (monétaire)

MR20190913Eindmonetair tijdperk
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.