Nouvelle escalade des tensions commerciales entre l'UE et les États-Unis

Les marchés

Pour le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, la coupe est pleine. Hier, il a, du moins provisoirement, déplacé son viseur de la Chine vers l'UE. De nombreuses marchandises européennes (pour une valeur de plus de 11 milliards de dollars) pourraient ainsi faire l'objet de nouveaux droits de douane. Si la décision finale reviendra au président américain, Donald Trump, il est probable que le gouvernement US attendra pour une fois le feu vert de l'Organisation mondiale du commerce.

La menace de Lighthizer peut paraître surprenante de prime abord, mais elle ne l'est pas sur le fond. Cette nouvelle escalade tire son origine du conflit qui oppose les avionneurs Boeing et Airbus. En 2004, Boeing avait déjà accusé l'Europe et Airbus de fausser la concurrence. Grâce à une aide financière non négligeable, les autorités européennes avaient aidé Airbus à lancer, entre autres, ses A380 et A350. L'Europe avait alors riposté en déposant une plainte similaire. L'Organisation du commerce mondial avait une première fois donné raison tant à Boeing (et aux États-Unis) qu'à Airbus (et à l'Europe) en 2011 et 2012. Les deux constructeurs avaient profité d'une aide financière non autorisée et des mesures correctives avaient été prises. Constatant que les Européens ne respectaient pas ces mesures, les Américains avaient alors déposé une nouvelle plainte. Et l'Europe avait une nouvelle fois contre-attaqué. Un prêté pour un rendu... En mai de l'année passée, l'OMC est arrivée à la conclusion que l'Airbus européen bénéficiait encore de subsides. En revanche, en fin mars, l'organisation a estimé que Boeing et les États-Unis respectaient, à une exception près, toutes les mesures imposées. Dans ces conditions, les Américains ont donc décidé de s'attaquer à l'UE dans d'autres domaines. Parmi les produits qui pourraient faire l'objet de nouveaux droits de douane, citons notamment le fromage, le vin ou les hélicoptères.

Cette menace constitue une étape de plus dans le conflit commercial qui oppose les deux continents. Ce sont les Américains qui avaient démarré les hostilités l'année passée, en instaurant de nouvelles taxes sur l'acier et l'aluminium européens. L'UE avait alors réagi avec des contre-mesures ciblant l'acier, mais aussi toute une série d'autres produits (cartes à jouer, moteurs...). En été, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président américain, Donald Trump, s'étaient finalement entendus et avaient conclu un cessez-le-feu provisoire. Depuis, le département américain du Commerce a rédigé un rapport sur les importations de véhicules européens aux États-Unis. La principale question est ici de savoir si ces importations constituent une menace pour le marché américain et la sécurité nationale. C'est sur la base de ce rapport que Trump décidera d'éventuels nouveaux droits de douane en fin mai. Si la menace est avérée, il est peu probable qu'il attende l'avis de l'OMC pour agir.

Les marchés ont aujourd'hui à peine réagi à cette annonce, même si celle-ci fait planer un risque considérable sur une économie européenne déjà fébrile. Les bourses européennes ont démarré la séance en légère baisse, mais elles ont depuis déjà rattrapé leur retard. Le cours EUR/USD se maintient quant à lui dans la zone de 1,12. En Allemagne, le taux à 10 ans est retombé en territoire négatif. Peut-être les investisseurs se basent-ils sur la manière dont les événements se sont succédé dans le conflit commercial avec la Chine. Après de sérieuses offensives, les deux parties se sont lancées dans un long round d'observation. S'en sont ensuite suivies des rumeurs de progrès, d'ambiance constructive et d'avancées dans toutes sortes de domaines... Cela a surtout joué en faveur des bourses, même si, au final, personne ne sortira gagnant de ce conflit. Les États-Unis et la Chine estiment aujourd'hui qu'ils pourraient avoir trouvé un accord commercial au milieu du mois de mai. Les événements récents laissent supposer que les Américains pourraient alors rapidement diriger leur viseur sur l'Europe.
 

Figure - Le cours EUR/USD s'éloigne doucement de la zone de support cruciale juste en dessous de 1,12.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.