Nouvelles avancées entre les États-Unis et la Chine

Les marchés

Nouvelles avancées annoncées dans les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine ce matin. "Les discussions avancent à grands pas". Un message que nous entendons depuis des mois. Les marchés se réjouissent à chaque nouveau signal positif, car cela fait quelque temps que le commerce international est freiné par cette "guerre commerciale". En attendant, les signes d'un ralentissement de la croissance mondiale ne cessent de se multiplier. Un accord pourrait-il inverser la tendance?

L'état de santé de l'économie mondiale ne cesse de se dégrader. Les États-Unis semblent pour le moment encore épargnés, grâce, entre autres, à une économie intérieure toujours très solide et aux effets des mesures budgétaires prises par Trump. Les économies chinoise et européenne se trouvent en revanche dans une spirale négative. Ainsi, l'Allemagne n'a évité que de justesse une récession technique (deux trimestres consécutifs de croissance négative) au second semestre de 2018. Les derniers PMI de la zone euro publiés cette semaine ont légèrement dépassé les attentes, mais n'annoncent toujours aucune véritable amélioration sur le court terme. La situation se détériore également en Tchéquie, pays qui faisait pourtant jusqu'il y a peu partie des bons élèves d'Europe centrale. Au quatrième trimestre de l'année passée, l'économie tchèque, tournée vers les exportations, a certes encore enregistré un taux de croissance très solide de 2,6% (glissement annuel), mais elle a fortement ralenti par rapport à l'année précédente. Les PMI du pays sont passés de 59,8 en décembre 2017 à 47,3 le mois passé, ce qui n'augure rien de bon pour l'avenir. Mais comme dans d'autres pays, la situation intérieure reste bonne, avec des revenus disponibles toujours élevés et une situation de plein emploi. Les voisins polonais peuvent quant à eux se targuer de beaux résultats. L'économie du pays est moins dépendante des exportations et est en outre soutenue par les mesures budgétaires du gouvernement.

Pendant ce temps, le Trésor italien est sur le point de revoir fortement à la baisse sa prévision de croissance pour 2019: de 1,0% à 0,1%. Cela fera donc passer le déficit budgétaire de 2% à 2,3%/2,4%. En décembre de l'année passée, le gouvernement italien avait pourtant promis à la Commission européenne qu'il limiterait son déficit à 2%, afin d'empêcher un nouveau dérapage de sa dette, déjà colossale. Ces promesses avaient permis à l'Italie d'éviter la procédure de déficit excessif. Trois mois plus tard, cette promesse est déjà tombée à l'eau. Contrairement à l'Allemagne, l'Italie se trouve déjà en récession (technique) et le Trésor italien ne s'attend donc à aucune amélioration dans un avenir proche.

La guerre commerciale qui oppose les deux plus grandes puissance économiques mondiales depuis près d'un an pèse sur le commerce international. Cette dégradation n'a pendant longtemps eu aucun effet sur les données objectives ("hard data"), mais la situation a aujourd'hui changé. Sans surprise, les pays tournés vers les exportations souffrent davantage que ceux qui reposent sur leur économie intérieure. La question est maintenant de savoir si un éventuel accord, qui ne sera de toute manière pas finalisé avant mai, arrivera à temps pour relancer le commerce international. De la même manière que la guerre commerciale n'a pas directement provoqué un ralentissement de la croissance, un accord n'entraînera pas directement une reprise. Il faut donc espérer que Trump et Xi Jinping ne traîneront pas.
 

Figure - Les PMI tchèques de l'industrie manufacturière sont en baisse depuis décembre 2017.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Flambée d'une obligation à 100 ans

MR201090619 Flambée d'une obligation à 100 ans

L'illusion trompeuse d'une baisse des taux en Europe

MR20190618 L'illusion trompeuse d'une baisse des taux en Europe

La Fed à l’approche d’un carrefour important

MR20190617 La Fed à l’approche d’un carrefour important

Ligne de défense contre Trump

MR20190619 Ligne de défense contre Trump
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.