La Fed donne son feu vert pour décembre

Les marchés

Comme un voleur dans la nuit. Cette semaine, la banque centrale américaine s'est exceptionnellement réunie jeudi au lieu de mercredi. Un événement qui est passé quasiment inaperçu sur les marchés. La déclaration de politique est une copie quasi conforme de celle publiée en septembre. La Fed reconnaît seulement que la croissance des investissements a ralenti par rapport à ses solides niveaux du début d'année. Powell et ses collègues constatent que l'économie américaine se porte toujours bien, alors que l'inflation reste proche de son objectif de 2%. Toutes les conditions sont donc réunies pour que la Fed poursuive son cycle de resserrement et relève son taux directeur de 2%-2,25% à 2,25%-2,50% en décembre.

Cette hausse de taux en décembre ouvrira la voie à une politique monétaire "neutre" en 2019, à savoir une politique où le taux directeur n'est pas assez bas pour stimuler l'économie mais pas non plus assez élevé pour la freiner. En septembre, tous les gouverneurs de la Fed situaient ce taux d'équilibre entre 2,5% et 3,5%. Dans les circonstances actuelles, nous pensons que la Réserve fédérale continuera de relever son taux directeur chaque trimestre jusqu'à ce que le plafond de cette fourchette soit atteint, vraisemblablement à la fin de l'année prochaine. C'est l'une des raisons pour lesquelles nous estimons que les taux américains possèdent encore un potentiel de hausse et que le dollar ne devrait pas céder beaucoup de terrain par rapport à l'euro dans les prochains mois. Selon nous, le cours EUR/USD devrait grosso modo évoluer dans une bande située entre 1,10 et 1,15.

Un discours "à la Trichet" en Suède

La banque centrale suédoise (Riksbank) se trouve à un stade totalement différent de sa normalisation. Le processus n'a en effet pas encore été officiellement lancé. Il est encore difficile de savoir quand la Riksbank procédera à son premier resserrement (en décembre de cette année ou en février de l'année prochaine), même si le président de la banque centrale a levé un coin du voile hier. Stefan Ingves a en effet déclaré que la banque suivait l'évolution de l'inflation avec "vigilance". Celle-ci s'est établie à 2,5% (glissement annuel) en septembre et le marché anticipe une nouvelle hausse à 2,6% en octobre, alors que l'objectif de la banque centrale est de 2%. Sur les marchés, les commentaires d'Ingves ont rappelé le discours que tenait l'ancien président de la BCE Jean-Claude Trichet à l'époque. Lors du cycle de resserrement de 2005-2007, le terme "vigilance" était, dans la communication de la BCE, le code annonçant une hausse de taux. Si l'on applique cette logique à la Suède, cela signifie donc que les taux seront déjà relevés en décembre. Le gouverneur de la Riksbank a d'ailleurs abondé en ce sens en déclarant que le moment était venu de commencer à resserrer progressivement les taux. Le marché estime la probabilité d'un relèvement de -0,5% à -0,25% à 64%. La couronne suédoise a, dans ce contexte, gagné du terrain par rapport à l'euro. Le cours EUR/SEK est ainsi passé en dessous du niveau de support de 10,285. À plus long terme, nous pensons que la monnaie suédoise devrait encore se renforcer. Les gains restent néanmoins modestes jusqu'à présent. Le marché préfère en effet rester prudent pour le moment. À juste titre, au vu de ce à quoi la Riksbank nous a habitué dans le passé. Depuis 2011, la banque a, pratiquement à chaque réunion de politique avec des prévisions de taux, dû constater que le processus de normalisation serait plus lent que prévu initialement.

 

Figure - EUR/SEK : nouvelle hausse de la couronne suédoise. Premier resserrement en décembre?!

Source : Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ

Une Espagne encore plus fragmentée

MR20191112 Une Espagne encore plus fragmentée

Une Banque d'Angleterre prudente

MR20191108 Une Banque d'Angleterre prudente
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.